Ouvrages reçus

Intervention publie des pistes de lecture portant sur des ouvrages récents qui traitent d’enjeux actuels dans les domaines du travail social et de la thérapie conjugale et familiale. Les pistes de lecture proposent une réflexion et une analyse critique sur la valeur et l’utilité potentielle de l’ouvrage recensé.

Les auteurs qui souhaitent rédiger une piste de lecture peuvent se référer à la liste des ouvrages reçus et soumettre leur texte en tout temps à l’adresse suivante revue.intervention@otstcfq.org La revue accepte également des pistes de lecture d’ouvrages proposés par les auteurs. La revue peut vous faire parvenir un exemplaire. Pour ce faire, vous pouvez vous adresser à Mme Lucie Borne à l’adresse suivante revue.intervention@otstcfq.org.

Suggestions de livres - octobre 2018

 

La collaboration interprofessionnelle en santé et services sociaux.

Yves Couturier et Louise Belzile, 2018, Presses de l'Université de Montréal.

Les auteurs présentent les fondements de la collaboration interprofessionnelle, les déterminants de sa mise en oeuvre ainsi que les effets attendus. L’ouvrage synthétise quinze années de travaux sur ce thème ; il est, de ce fait, largement illustré d’exemples issus de la réalité clinique. Pensé pour aider les gestionnaires, les superviseurs cliniques et les praticiens du domaine de la santé et des services sociaux à accroître la capacité interprofession­nelle dans leur organisation, ce livre servira aux formateurs qui pourront y puiser matière pour appuyer leur projet éducatif.


Pleine conscience et relation d’aide. Théories et pratiques

Annie Devault et Guilhème Pérodeau, 2018, Presses de l'Université Laval.

Qu’est-ce que la pleine conscience ? Comment méditer ? Quels sont les résultats de recherches qui en évaluent les bienfaits ? Ces questions ont déjà fait l’objet de publications, mais les liens entre la pleine conscience et la pratique clinique n’ont jamais été abordés dans un ouvrage en langue française. Voici donc le premier livre francophone à s’intéresser à la pleine conscience et à son application dans différents contextes thérapeutiques et éducatifs. Comment la pleine conscience peut-elle favoriser le savoir-être de l’intervenant ? Quels en sont les fondements théoriques ? Comment les approches thérapeutiques actuelles intègrent-elles la pleine conscience ? Comment utilise-t-on la pleine conscience en contexte thérapeutique (auprès de personnes souffrant d’anxiété, de traumas, de difficultés sexuelles, de déficit cognitif ou de problèmes de santé mentale) ou éducatif (dans les écoles, en pédiatrie sociale ou à l’université) ?


Séparation parentale, recomposition familiale. Enjeux contemporains.

Marie-Christine Saint-Jacques, Caroline Robitaille, Annick St-Amand, et Sylvie Lévesque, 2016, Presses de l'Université du Québec.

Cet ouvrage, issu du travail interdisciplinaire de chercheurs et d’intervenants, traite des enjeux contemporains associés à la séparation parentale et à la recomposition familiale. Par la présentation de résultats de recherche originaux, d’états de la question et de récits de pratique, il traite de toutes les phases vécues par les familles, de la séparation conjugale à la famille recomposée en passant par la garde partagée. Chaque chapitre s’ouvre par ailleurs sur une vignette clinique qui expose un cas concret. Des sujets plus particuliers, comme les parents LGBT ou la violence conjugale, sont également abordés.


Le travail social. Théories et pratiques. 3e édition.

Adje van de Sande, Michel-André Beauvolsk. Katharine Larose-Hébert, 2018, Chenelière Éducation.

La relation de l’individu avec son environnement est en constante évolution. Dans un contexte social où de nouveaux phénomènes émergent continuellement et où les solutions passent souvent par un travail collectif, le rôle du travail social revêt une importance indéniable. Cet ouvrage propose aux étudiants un point de départ pour bien amorcer leur formation. Plus précisément, il fait le point sur le rôle et sur l’importance du travail social, et propose une réflexion sur l’orientation que doit prendre la profession pour assurer sa place dans notre société. 

Actualisée, cette 3e édition adopte une nouvelle structure divisée en trois grandes parties : les fondements du travail social, les approches du travail social et le processus d’intervention et ses cibles. Grâce à sa réorganisation en treize chapitres, le manuel facilite l’étude et favorise la compréhension des approches et des concepts abordés, tels l’interculturalisme, l’intersectionnalité et l’empowerment.

Le lecteur trouvera aussi de nombreux exemples et des études de cas qui l’aideront à saisir l’essence même du travail social ainsi qu’à acquérir les outils nécessaires pour bien exercer sa future profession.


Innommables, inclassables, ingouvernables. Aux frontières du social.

Shirley Roy, Dahlia Namian et Carolyne Grimard, 2018, Presses de l'Université du Québec.

Comment nommer et définir ce qui, a priori, est inclassable, innommable et ingouvernable ? Comment intervenir sur des problèmes aux contours flous, qui relèvent des domaines social, médical et pénal ? Comment décloisonner le silo des services ou conjuguer les expertises pour saisir des situations qui ne sont liées ni à l’un ni à l’autre de ces domaines de pratique ?

C’est pour prendre à bras-le-corps ces figures innommables, inclassables et ingouvernables qu’ont été conviés à contribuer au présent ouvrage des auteurs en sciences sociales (sociologie, travail social, anthropologie) et spécialistes d’objets de recherche variés (itinérance, toxicomanie, santé mentale, soins palliatifs, mouvements sociaux, aide à l’enfance et à la famille). En analysant de front ce qui échappe aux théories et résiste aux pratiques dominantes, ils attirent l’attention sur le caractère problématique du vivre-ensemble au sein duquel « l’autre », sous ses diverses failles et vulnérabilités, se débat contre les frontières normatives du social.

 

Suggestions de livres - novembre 2018

 

Intervention psychosociale. Perspective interactionniste stratégique.

Yvon Pépin, 2018, Presses de l'Université Laval

Si cet ouvrage s’intéresse à l’intervention psychosociale comme objet d’études, on ne saurait y trouver une méthode d’intervention et encore moins une solution définitive aux problèmes générés par la nécessité d’interagir. La perspective interactionniste stratégique se fonde sur l’examen des contraintes et des problématiques inhérentes à la gestion des différences humaines, qu’elles soient d’ordre personnel, interpersonnel, organisationnel ou macrosocial. Sans se proposer comme panacée, elle offre un regard qui, si on l’adopte, pourrait permettre de comprendre les difficultés éprouvées dans nos échanges avec autrui de façon plus intéressante et productive. L’espoir d’une vie sociale sans difficulté ni problème relève de l’utopie. Pourtant le regard posé sur elle peut, dans des situations locales et ponctuelles, permettre de « mieux tirer son épingle du jeu », de « débloquer des impasses » et « d’ouvrir des possibles ». 

L’approche est fondée sur une longue expérience de l’auteur et de son équipe dans la formation et la supervision de professionnelles et professionnels de l’intervention, dans le vaste domaine des relations humaines. 


Les violences à caractères sexuel. Représentations sociales, accompagnement, prévention.

Saïd Bergheul et Mylène Fernet (sous la dir.), 2018, Presses de l'Université du Québec

Le présent ouvrage, rédigé par une trentaine de chercheurs et d’intervenants issus de disciplines diverses, propose plusieurs approches pour la compréhension du phénomène et une critique réflexive pour l’affronter. Les auteurs définissent les violences sexuelles, analysent leurs nombreuses facettes – médiatisation, prise en charge par les centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, typologie et fonctionnement psychorelationnel des agresseurs, spécificités dans la relation conjugale, complexité dans les communautés autochtones, présence sur les campus, traitement judiciaire et rôle du corps policier – et décrivent différents types d’intervention.


Interconnaissance. La mémoire des droits sans le milieu communautaire au Québec.

Francine Saillant et Ève Lamoureux (sous la dir.), 2018, Presses de l'Université Laval

Depuis les années 1960, le mouvement communautaire québécois a œuvré pour la justice et les droits des personnes parmi les plus vulnérables de la société. Il a contribué de façon décisive à la reconnaissance et à l’interReconnaissance de divers groupes minorisés. Ses actions de soutien, de conscientisation, de mobilisation contre les différentes formes d’inégalité, de marginalisation et de discrimination, ont changé la face du paysage social et proposé une vision plus inclusive de la société québécoise. C’est ce que racontent plus de deux cent trente acteur.es-témoins provenant des secteurs femmes, immigration, LGBT, santé mentale et handicap, de même que des artistes ayant accompagné le mouvement et, particulièrement, ses actions liées aux droits de la personne. Quelles furent, depuis la Révolution tranquille, les idées et les actions les plus marquantes ? Comment se sont déployées les mobilisations les plus significatives et les plus porteuses ? Comment se sont croisées au sein des divers secteurs, les préoccupations, les idées phares, les stratégies, les alliances et les résistances ? Quels liens établir entre les enjeux qui se présentaient au moment de la Révolution tranquille et ceux qui sont au cœur de la société actuelle ? Comment les créations artistiques ont-elles contribué aux luttes et pénétré notre imaginaire collectif ? C’est à la rencontre d’une mémoire plurielle imbriquée dans les transformations sociales les plus profondes du Québec que nous convient les auteur.es de cet ouvrage ainsi qu’à une réflexion de fond sur la force de l’action collective. 


L’intervention collective. Convergences, transformations et enjeux.

Yvan Comeau, Denis Bourque, René Lachapelle, 2018, Presses de l'Université du Québec

De façon plus marquée que d’autres groupes d’Amérique du Nord, la société québécoise exprime sa solidarité par l’entremise d’organismes communautaires, de coopératives, d’associations syndicales et d’initiatives collectives visant l’intérêt général. Elle se distingue également par la pratique de l’intervention collective, une profession ayant soutenu l’action citoyenne et le développement des services publics depuis les années 1960. Le présent ouvrage propose de suivre l’itinéraire de cette profession à partir de trois enquêtes, menées en 1988, en 2003 et en 2015. Il en résulte un essai original sur un métier atypique, qui se situe entre diversité et convergence – bien qu'il touche une variété de secteurs –, entre transformation et continuité. Les dynamiques d’influence et les enjeux analysés par les auteurs concernent non seulement l’intervention collective, mais également l’action communautaire et le développement des collectivités.

 


La rédaction d’une piste de lecture touche deux activités admissibles du règlement sur la formation continue de l’Ordre. Premièrement, la seule lecture d’ouvrage correspond à une activité d’autoapprentissage (article 3.8) pour laquelle un maximum de 15 heures de formation continue (HFC) est accepté. Une heure de lecture équivaut à une HFC. Deuxièmement, la rédaction d’une piste de lecture publiée dans la revue Intervention correspond à une activité de rédaction d’article ou d’ouvrage (article 3.4) et ne comporte aucune limite maximale d’HFC acceptées dans le cadre de l’application du Règlement.